Établissements socio-éducatifs

Compétences touchées

Les buts premiers de ces ateliers sont de :

  • Leur permettre de se dépasser physiquement et psychologiquement.
  • Découvrir en s’amusant.

L’apprentissage pédagogique des arts du cirque s’effectue au niveau individuel comme collectif, il permet :

Dans la relation aux autres :

Au niveau individuel :

Améliorer la concentration, – Favoriser la créativité
explorer le champ des possibles
mobiliser ses capacités à créer
mobiliser ses capacités décisionnelles
Acquérir de l’autonomie, – Développer des pouvoirs moteurs
piloter un engin espace
piloter son corps temps
manipuler des objets engin
produire des formes de relations.
Travailler en groupe et savoir s’adapter, – Communiquer
à l’intérieur du groupe
à des spectateurs
ses impressions en tant que spectateur
Développer le contact avec les autres et savoir s’intégrer. – Savoir prendre des risques
déséquilibre/équilibre
anticiper/agir
se connaître/mettre en œuvre la sécurité (matérielle, humaine)
connaître les autres
connaître les règles
connaître la sécurité.

Selon le niveau des élèves et le contexte de l’intervention, chacune de ces différentes compétences est plus ou moins approfondies et les orientations pour l’atteindre sont ajustées.

établissements_spécilisés_(1)   établissements_spécilisés_(3)établissements_spécilisés_(2)

 

 

Démarche utilisée

Elle se définit comme un cirque « outil » au service d’un projet (éducatif et/ou thérapeutique) concerté entre différents professionnels et visant l’émancipation de la personne à travers ses expérimentations et la vie de groupe.

Le rythme et l’intensité des exercices sont ajustables selon les possibilités de chacun.

Par ailleurs, à toute cette pédagogie de pratique des arts du cirque, peut s’ajouter des réflexions plus théoriques sur l’histoire des arts du cirque, la vie des artistes, les objets laissés par ces derniers, les autres œuvres artistiques inspirées par le cirque (peintures, poèmes, films, affiches…)…

Nous bénéficions pour cela de locaux et formateurs adaptés.

Exemples de projets avec des structures médico-sociales

– Chambre des Métiers d’Angers :

Ces jeunes en Dispositif d’Initiation aux Métiers de l’Alternance (DIMA), sont en général des adolescents en situation sociale ou scolaire difficile. Les raisons de ces difficultés sont multiples, mais elles ont pour point commun de bloquer ces jeunes dans leur développement personnel, et leur développement social. Nous avons voulu que ce projet soit source d’épanouissement personnel et porteur de valeurs sociales. 1h30 heures d’intervention cirque et théâtre, hebdomadaires, tout au long de l’année, avec 30 jeunes.

Ce projet reçoit le soutien du crédit agricole et de la Fondation Angers Activ.

– Protection Judiciaire de la Jeunesse Angers :

Depuis 2 ans, un petit groupe de jeunes sous mandat judiciaire a pu approcher le monde du cirque dans toute sa diversité grâce à la mise en place d’ateliers d’initiation de cirque et théâtre étalé sur l’année et à la création de présentations en fin d ‘année.

Ce projet reçoit le soutien de l’état via le fonds interministériel de prévention de la délinquance.

– Centre Hospitalier Universitaire d’Angers :

L’Ecole des arts du cirque « LA CARRIERE » a accueilli 5 enfants âgés de 9 à 11 ans en fin de thérapie à l’Hôpital Debré du CHU d’Angers où, l’apprentissage des arts du cirque se révèle comme un véritable traitement thérapeutique. Très satisfaits par les résultats de cette action, les parents des enfants du service pédiatrique ont décidé de les inscrire au cours réguliers de l’école. Un beau modèle d’intégration.

– Institut Montéclair :

10 enfants déficients visuels avec différents degrés de handicaps allant jusqu’à la cécité totale ont pu intégrer un stage d’initiation sur une semaine ouverte à tous. L’objectif était à la fois un travail de valorisation et d’intégration mais aussi un travail de proprioception c’est à dire sur la perception, l’équilibre, la coordination des jeunes dans l’espace.

– Institut Médico-Educatif  Europe :

Groupe de 8 jeunes, déficients intellectuels, s’initiant aux arts du cirque sur 30 séances d’1h30 sur toute l’année. Signe de confiance et de satisfaction au niveau de la qualité d’enseignement, l’Institut Médico-Educatif Europe des Ponts de Cé reconduit ce projet pour la 10 ème année consécutive. Les arts du cirque permettent le développement psychomoteur d’enfants en déficience intellectuelle et leur apporte la confiance en eux et envers leurs camarades.

– Institut d’Education Motrice de la Guiberdière :

En 2013, après avoir testé sur une journée les bienfaits des disciplines, l’Institut d’Education Motrice de l’IEM a souhaité allongé son projet à 15 séances étalées tout au long de l’année pour 7 enfants de 9 à 14 ans, handicapés en fauteuil électrique et/ou manuel. Ces enfants ont pu découvrir les sensations d’équilibre, de hauteur, d’entraide dans le groupe à travers la pratique de ces disciplines.